• Abi

Deux Amours Perdus...


Aujourd'hui, j'ai écouté une chanson qui m'a littéralement ramenée en arrière. Je n'ai pas pu résister, c'est avec beaucoup de nostalgies et d'émotions que j'écris ces phrases.

Je me rappelle d'un souvenir d'enfance relatif à cette chanson. Un jour, j'étais en train de jouer toute seule sur la cour de la maison. On vivait dans un appartement avec une cour commune partagée par tous les locataires. Puis j'entends la musique de cette chanson jouer à la télévision, et j'accours rapidement au salon. Je devais avoir 7 ou 8 ans. C'est une chanson de Nel Oliver ('Baby girl'). Certains d'entre vous la connaissent certainement. Il s'agit d'un père qui doit conduire sa fille à l'autel pour la donner en mariage. Il lui dit qu'il aurait tellement aimé la garder pour lui tout seul mais que le moment est arrivé pour elle de rejoindre son prince charmant. La chanson commence sur une très jolie prière de bénédiction qu'il fait à son égard.


Papa et moi, on aimait regarder cette chanson ensemble. En voyant ce père pleurer pendant à ce moment de séparation, je m'étais toujours demandé si mon papa ferait pareil quand je partirai. Je sais qu'il pensait à ce moment à chaque fois qu'on regardait cette chanson ensemble. Peut-être qu'il priait pour que je ne grandisse pas trop vite. Au fil des années, cette chanson a créé beaucoup de sentiments mitigés en moi. Bien vrai, je voulais connaître le bonheur d'être mariée mais j'appréhendais aussi cette séparation, pas la séparation physique mais la séparation émotionnelle. Papa et moi avons développé un lien très fort, et il m'a toujours dit que le jour où je me marierai, il faudrait que mon mari passe avant lui. Cela m'a toujours intriguée car il est celui que j'appelle automatiquement quand j'ai un coup de blues et, je raccroche toujours le sourire aux lèvres.


J'étais à l'université lorsque j'ai eu ma première relation avec un garçon. Papa m'avait demandé de l'amener à la maison. Ce jour-là, j'étais stressée de la tête aux pieds, espérant qu'il lui fasse une bonne impression. Quand il est arrivé, papa l'a fait asseoir au salon, il lui a posé des questions pour le mettre à l'aise. Ensuite, il lui a demandé quelles étaient ses intentions. Lorsque j'ai entendu cette question, j'avais envie de me cacher sous la table. Je ne me rappelle même plus de sa réponse. Mais, globalement, tout s'est bien passé.


Quelques années plus tard, je viens voir papa avec le coeur brisé pour lui annoncer qu'on avait décidé de se séparer à cause d'une incompatibilité médicale. C'était ça le plus dur, on s'aimait toujours mais on avait pris cette décision pour nos futurs enfants. Papa m'a dit que c'était très courageux de notre part. Un jour, j'étais dans ma chambre quand maman est venue me voir. Elle m'a demandé si je continuais à communiquer régulièrement avec lui. J'ai répondu oui et elle m'a dit que ça ne nous aiderait pas à respecter notre décision, cela nous fera plus mal. Il fallait couper toute communication pendant au moins quelques mois. Et j'ai arrêté de répondre à ses messages, malgré moi. Je pense que instinctivement pour moi, le fait de ne plus répondre aux messages de quelqu'un pendant un certain temps, cela veut dire qu'on essaie de passer à autre chose.


Les mois qui ont suivi ont été très difficiles, j'allais régulièrement chez le cardiologue. Pour moi ma vie sentimentale était finie parce que j'avais perdu mon 1er amour. Un jour, papa m'a appelée au salon et m'a dit qu'il y en aura un autre, que ce n'était pas la fin. Je ne le croyais pas jusqu'à ce qu'il me dise que maman n'était pas la première fille avec qui il avait eu une relation, que l'important, c'était d'être en amitié en respectant les voies de Dieu. J'étais choquée. Non, mais j'avais toujours idéalisé la relation de mes parents. Il m'avait montré les lettres en papier qu'ils s'écrivaient quand ils étaient fiancés. Je pensais que c'était leur premier amour à tous les deux. Il voulait même me montrer la fille de sa première relation, j'ai dis: non merci. Tu es en train de déconstruire un mythe en moi là!!


Après cela, j'allais de mieux en mieux mais, personne ne m'intéressait plus. Je m'étais replongée à fond dans les études. Puis un jour, je suis retombée amoureuse. Mais cette fois, ça avait l'air différent, j'avais l'impression que c'était Dieu même qui me l'avait amené. C'était tellement beau et vrai à la fois. Malheureusement, les circonstances nous ont aussi séparées, et le même scénario s'est reproduit à mon niveau. Maman a immédiatement suspecté que j'avais eu encore mon coeur brisé car je n'avais pas l'habitude de tomber malade comme ça.


Après ce bref retour sur le passé, j'ai une prière qui me tient vraiment à coeur: que la 3ème personne soit la dernière. Je sais que la plupart des ruptures sont souvent causées par de grands événements, des trahisons, le désaccord des parents, etc... Moi je n'ai pas vraiment connu ça, à chaque fois, j'ai dû quitter quelqu'un que j'aimais toujours ou que j'aime toujours, j'ai dû apprendre à mes doigts à ne pas lui écrire, refuser à ma pensée de penser à lui, affronter tout ce qui me fait penser à lui et retenir mes larmes. Seigneur, tout ce que tu fais est bon, je sais que tu comprends ce que je ressens car il est écrit dans Ta Parole (Psaumes 51:17-19) que tu ne prends pas plaisir aux holocaustes. "Le seul sacrifice qui convienne à Dieu, c'est un esprit humilié. O Dieu, tu n'écartes pas un coeur brisé et contrit." Je n'ai que ce coeur brisé et contrit à t'offrir actuellement, viens manifester ta puissance dans ma faiblesse. Conduis-moi dans toute ta vérité. Amen...

8 views0 comments

Recent Posts

See All